AST Grand Lyon > Prévention > Les risques professionnels > Trouble musculo squelettique

Trouble musculo squelettique
Print Friendly

Les TMS représentent un grave problème de santé au travail partout dans le monde et touchent plusieurs millions de travailleurs en Europe.

Au-delà de la souffrance humaine, ils sont à l’origine de déficits fonctionnels gênant l’activité professionnelle. Ils constituent de, ce fait, un lourd fardeau économique pour la société à la fois parce que ce sont les maladies professionnelles les plus fréquentes mais aussi parce qu’ils sont à l’origine d’un important absentéisme et donc d’une perte d’efficacité pour l’entreprise (remplacement, perte de qualité et de productivité, perturbations dans l’organisation du travail). Sans compter les difficultés de reclassement d’un salarié atteint… 

(Source : Travaillez Mieux)

Les TMS : c’est quoi ?

Les Troubles Musculo-Squelettiques recouvrent un large éventail de pathologies touchant les tissus mous à la périphérie des articulations. Ils résultent d’un déséquilibre entre les capacités fonctionnelles des personnes et les sollicitations qui apparaissent dans un contexte de travail notamment sans possibilité de récupération suffisante. Ils affectent principalement les muscles, les tendons et les nerfs qui permettent le mouvement des pièces osseuses des membres supérieurs, du dos et des membres inférieurs. Ils sont localisés au niveau des poignets, des épaules, des coudes, du rachis, des genoux,… Le syndrome du canal carpien (SCC) est la pathologie la plus connue et la plus répandue ; les tendinites sont aussi des formes fréquentes de TMS.

Ces affections se manifestent par des douleurs et gênes dans les mouvements pouvant entraîner un handicap sérieux dans la vie professionnelle et la vie privée.

Ces pathologies sont reconnues comme maladies professionnelles dans le cadre de tableaux annexés au code de Sécurité Sociale.

Quelles sont les facteurs de risques ?

Les connaissances scientifiques sur les facteurs de risque et sur le rôle déterminant du travail dans le développement des TMS sont aujourd’hui bien établies et partagées par tous les préventeurs.
Même s’il convient de tenir compte des caractéristiques individuelles des salariés (âge, état de santé, histoire individuelle,…), les TMS résultent principalement d’une combinaison de plusieurs facteurs de risques. On peut citer de façon non exhaustive :

  • Facteurs biomécaniques tels que répétitivité des gestes, efforts excessifs, postures et angles articulaires extrêmes ; l’exposition au froid ou aux vibrations constitue un facteur aggravant, 
  • Facteurs organisationnels, liés à l’organisation et à l’environnement de travail (possibilité de contrôle, clarté de la tâche, relations interpersonnelles…), 
  • Facteurs psychosociaux – la façon dont le travail est perçu par les salariés- tels que l’insatisfaction au regard d’un travail monotone, la tension engendrée par la pression du temps, le manque de reconnaissance, le vécu de relations sociales dégradées ou de l’insécurité de l’emploi.
     

Dans chaque entreprise, la combinaison des facteurs de risques est différente ; elle exige donc une appréhension particulière des situations de travail.

Découvrez les TMS en 3D sur le site Travaillez Mieux.

Les Chiffres-Clés 2008

Les Troubles Musculo-Squelettiques sont la première cause de maladie professionnelle reconnue et leur nombre ne cesse de s’accroitre. Elles représentent 95% des MP (avec ou sans arrêt de travail) reconnues pour les salariés agricoles et 80% pour les actifs du régime général.

  • 36926 nouveaux TMS indemnisés pour les actifs du régime général 
  • 8,4 millions de journées de travail perdues pour les actifs du régime général 
  • 787 millions d’euros de frais couverts par les cotisations des entreprises pour les actifs du régime général 
  • Pour les actifs du régime général, le coût des TMS représentent environ 40% du coût total des MP (avec ou sans arrêt de travail). Le coût moyen d’un TMS est estimé à 21300€ 
  • Les affections péri-articulaires telles que le syndrome du canal carpien ou les douleurs de l’épaule provoquées par divers facteurs tels que les gestes répétitifs, certaines postures de travail, des cadences soutenues… (Tableau MP n°39 RA et n°57 RG) représentent 91% des TMS reconnus (avec ou sans arrêt de travail) 
  • Les activités les plus exposées en nombre de TMS déclarés et reconnues (avec ou sans arrêt de travail) sont (pour les actifs du régime général) :
    • Grande distribution : hypermarchés, supermarchés et supérettes : 2514 salariés
    • Aide et soins à domicile : action sociale sous toutes ses formes, y compris garderies, centre de réadaptation fonctionnelle… : 1706 salariés
    • Secteur de la propreté : les services de nettoyage : 1046 salariés

 
(Source : Travaillez Mieux)

Votre service de santé au travail peut vous aider et vous accompagner dans votre démarche de prévention des risques TMS. N’hésitez pas à en parler à votre médecin du travail 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


Print Friendly