La crise est loin d’être terminée, aussi n’est ce pas encore l’heure des bilans. Cependant, alors que nous sommes parvenus à ce qui pourrait être la moitié du chemin dans cette épreuve de confinement, une prise de recul sur le réalisé s’impose. Panorama des actions prises par AST Grand Lyon et évolutions à venir dans une situation de crise inédite qui a pris le monde de court.

Comme c’est le cas pour toutes les organisations de travail, les équipes d’AST Grand Lyon, tous métiers confondus, ont subi le choc provoqué par l’épidémie et les mesures mises en place par l’Etat. Comme dans toutes les entreprises, des salariés ont dû quitter brutalement leur poste pour assurer la garde de leurs enfants après la fermeture des écoles. Certains de nos collaborateurs, du fait de leur contact quotidien avec le public, ont été malades ; d’autres font partie de catégories à risque et ont dû, pour leur santé, être retirés de notre dispositif de travail. AST Grand Lyon a donc vécu, et vit encore, ce que toutes les entreprises ont été ou sont amenées à vivre.

AST Grand Lyon en soutien prioritaire auprès des entreprises essentielles et des salariés les plus exposés

AST Grand Lyon a réagi dès les premières heures pour s’adapter rapidement. Nous avons déclenché un plan de continuité d’activité (PCA) tenant compte à la fois des ressources mobilisables, de notre propre responsabilité de protection de nos salariés et de la baisse brutale des demandes des entreprises adhérentes, dont beaucoup ont été contraintes de cesser ou réduire leur activité.
Dans cette recherche d’équilibre menée dans l’urgence, priorité a été donnée à la prévention et au suivi individuel de santé des salariés travaillant dans les secteurs que l’Etat a jugés essentiels au fonctionnement de la Nation : hôpitaux, EHPAD, distribution alimentaire ou encore transports et livraisons. Ces organisations n’ont jamais interrompu leur activité ; leurs salariés étaient de fait exposés au risque de contamination. C’est donc très logiquement qu’AST Grand Lyon a focalisé ses capacités en leur direction, tout en maintenant un accès aux salariés les plus fragiles des autres secteurs d’activité.

Notre engagement à soutenir l’effort des équipes soignantes

Les effectifs qui n’étaient pas directement impliquées dans le plan de continuité d’activité ont pu être rendues disponibles pour répondre aux sollicitations de la réserve sanitaire afin de venir étayer, si nécessaires, les équipes de première ligne.
Par ailleurs, tout en poursuivant leur action au sein de notre service, des médecins et infirmiers volontaires ont illustré leur dévouement en intervenant, sur leur temps personnel, en service d’urgence ou en unité COVID.

Mise en place d’un centre d’appel afin de garantir un accès aux services équitable pour tous

Sur le plan opérationnel, nous avons opté pour un dispositif centralisé et mutualisé. Deux numéros de téléphone ont été mis en place. L’un pour les questions de suivi individuel et l’autre pour apporter aux entreprises informations et conseils de prévention pour la gestion du risque de contamination. Une vaste campagne d’appels sortants, depuis nos services vers les entreprises, a été initiée et est toujours en cours. Ils nous permettent de maintenir le contact, de prendre connaissance des besoins et d’affiner nos interventions. Des webinaires ont réunis plusieurs centaines d’employeurs autour de problématiques diverses, telles que, par exemple, la mise en place d’un plan de continuité d’activité en période épidémique et son impact sur la mise à jour du DUERP.

Nous avons rapidement perçu un besoin d’écoute qui nous à conduit à mettre en place une équipe dédiée.

Les services de santé au travail ne sont pas prioritaires pour l’attribution de masques ou autres dispositifs de protection, afin de favoriser les unités de soins dans ce contexte de pénurie. La recherche d’équipements de protection individuelle (EPI) est une difficulté pour AST Grand Lyon, comme c’est le cas pour toutes les entreprises qui font de la santé de leurs collaborateurs un enjeu primordial. Nous avons dû, en conséquence, développer des nouvelles modalités d’interventions à distance pour les consultations et les actions de prévention. La pénurie d’EPI reste encore un vrai frein dans nos capacités d interventions en entreprises
Les connaissances sur le virus et les moyens de protections évoluent chaque jour ; nous devons en permanence assurer la formation des équipes, y compris médicales, à ces nouvelles données et modalités d’interventions.

Notre cellule de crise se réunit quotidiennement pour gérer la situation et s’adapter aux évolutions de la pandémie et aux décisions gouvernementales.

La publication d’un décret le 9 avril nous permet, au-delà des décisions de priorisation que nous avions prises initialement, d’avoir une meilleure visibilité sur les visites devant être ou non maintenues.

Des ordonnances ont annoncé que les services de santé au travail allaient pouvoir réaliser des tests, cela a suscité beaucoup d’attente de la part de nos adhérents. Nous ne disposons pour l’heure des décrets, de tests, ni même des protections individuelles pour que nos salariés puissent les réaliser.

La reprise de l’activité économique en ligne de mire

Le discours du président de la république le 13 avril fixe un calendrier de reprise. La situation de crise au niveau des services de soins semble se stabiliser et la nécessité de venir les étayer semble s’éloigner.
L’ensemble des équipes d’AST va pouvoir à nouveau se consacrer pleinement à accompagner la reprise d’activité économique en se calquant sur le rythme des réouvertures.