Recherche

mots clés

User de pédagogie et privilégier l’engagement des salariés pour insuffler un esprit de sécurité dans l’entreprise : un véritable credo pour Thierry Garrigues, représentant motivé de son organisation dans le Club TMS. Rencontre.

« Je ne crois pas à une prévention des risques à grands coups de notes de service. Pour que ce soit durable, il faut impliquer les salariés concernés sur le sujet ». Pour Thierry Garrigues, Responsable logistique régional pour Relais d’Or – Miko Vallée du Rhône, il n’y a pas de doute : la sécurité et la santé au travail passent par la pédagogie et l’engagement, bien davantage que par la coercition.

Relais d’Or, c’est un ancien réseau de PME de distribution de produits frais, aujourd’hui rattaché au groupe Pomona ; Miko, une marque de glace connue de tous, exploitée sous une licence venue du groupe Unilever. Alors forcément, on y effectue des opérations de manutention ; les charges ne sont pas forcément lourdes, mais les gestes sont répétitifs et réalisés dans des ambiances thermiques qui oscillent, selon les secteurs, entre les 0 à 2° et les -23°. C’est d’ailleurs au sortir d’une des salles froides du site de Chassieu que Thierry Garrigues résume le constat qui l’a amené à prendre le taureau par les cornes, celui d’un « manque d’esprit de sécurité », d’une approche fataliste et résignée face aux accidents du travail. Et c’est au moment où lui et son directeur ont décidé d’investir pour insuffler cet esprit qu’est tombée, bien à propos, l’invitation à rejoindre le Club TMS d’AST Grand Lyon.

« On sent un respect mutuel »

Il y trouve aujourd’hui un espace d’échange dans lequel il apprécie particulièrement qu’on ne lui donne pas de leçons ou qu’on ne le pousse pas à l’exhaustivité ou encore à la perfection absolue – « je serais déjà parti si c’était le cas » dit-il sans rire – mais qu’on l’outille pour l’aider à progresser dans sa réflexion. Pour lui, la force du club réside dans la possibilité qu’il offre de se nourrir des expériences d’autres entreprises, dont les activités peuvent être très différentes. Surtout, les membres du club ont des degrés très diverse de maturité et de pratique en santé et sécurité au travail. « Ceci permet un partage d’expériences plus riche » précise Thierry Garrigues. « Lors de la dernière réunion, une entreprise nous a présenté son projet de réorganisation de postes de travail. Ça me permet de poser des questions candides et donc de contribuer aux échanges et à la prise de recul. Et quand je présenterai notre plan d’actions, j’attends aussi qu’on me donne des retours. On sent un respect mutuel, il n’y a pas de jugement ».

Satisfait de ce que le Club TMS lui apporte et de l’élan qu’il lui donne, Thierry Garrigues ne compte pas pour autant se limiter à la prévention des TMS auprès des salariés chargés des expédions. « On commence au Club TMS alors qu’on a d’autres risques, reconnaît-il. On commence par l’activité logistique mais on va aussi aller vers les chauffeurs, les administratifs… Le Club permet de s’engager dans une réflexion et d’acquérir des méthodes qui nous permettront d’aller vers d’autres sujets ».

thierry garrigues sur le site relaisd’or miko de chassieu

Actualité

En savoir plus